fou(le) sentimental(e)

1 novembre 2008 Commentaires fermés sur fou(le) sentimental(e)

saisis mon cœur, arrache-le, montre-le moi, sacralise-le au plus haut point, crucifie-le s’il le faut ! aime-moi, blesse-moi, rends-moi beau ! brise les vitres, froisse la tôle de la rame et extirpe-moi du métro ! mes larmes coulent sur mes joues, c’est donc ça ! ressentir l’homme qui est en soi, se laisser submerger par ses sentiments, ses émotions ! transperce mon corps de toutes tes lianes, de tes liens avec le monde qui m’entoure, je veux tout ressentir, chaque brin d’herbe qui se courbe sous le vent, chaque peau qui se réchauffe au soleil, chaque pied nu qui s’enfonce dans le sable, chaque baiser au creux d’une nuque, ne laisse rien au hasard ! je veux voir tous les regards, celui de la joie, de la peine, de la douleur, de l’espoir ! sentir tous les parfums, de la terre mouillée, de la liberté, de la mer, de la misère, de la sueur et de la faim ! laisse-moi voir ! je veux toucher l’homme comme tu me touches, toucher l’absolu qui brule en moi, touche mon corps avant qu’il ne se consume ! entends-moi, attends-moi, je viens en toi… !

 

Et me revoilà, au plus bas de ce qu’est l’homme. Sous les néons, le teint blafard, pas un regard, pas un sourire, je suis malheureux dans ce monde de sous-fifres. Mais je garde l’espoir d’un soir, l’espoir de voir les hommes s’ouvrir.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement fou(le) sentimental(e) à JETER L'ENCRE.

Méta