360 km² et 280 morts

28 décembre 2008 Commentaires fermés sur 360 km² et 280 morts

C’est une scène à ciel ouvert de 360 km² dont le rideau rouge sang se décolore dans une mer cartographiée et dont les murs s’élèvent plus haut que les applaudissements et les huées.
Il s’y joue des drames et des tragédies humaines, contemporaines et réelles, submergeant par instant le monde qui joue alors le rôle de critique littéraire. Il condamne, fustige, accuse les auteurs de fautes, d’erreurs et de maladresse mais reste avec paresse spectateur et contemplateur.

Je suis l’inébranlable arabe que rien n’empêche de chanter ni les offensives ni les frappes israéliennes et les yeux remplis d’amour je me dresse devant ceux de ma femme qui me regarde et entonne avec moi ces mélodies pleines d’espoir, celui de tout une région, de tout un peuple. Les frappes s’intensifient mais nous chantons et je lui promets de meilleurs lendemains. La maison tremble et j’élève ma voix pour ne pas perdre son attention. Je la serre dans mes bras et nos chants se transforment en prières. Les vitres se brisent, ses yeux me quittent et tout disparaît dans un fracas épouvantable.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement 360 km² et 280 morts à JETER L'ENCRE.

Méta