Quitter Paris !

31 janvier 2010 Commentaires fermés sur Quitter Paris !

Le ciel peut être uniformément bleu ou gris, il ne laisse rien présager d’inattendu.
Une journée à se plonger dans l’obscurité de sa piaule ou dans la clarté d’un parc, peu importe il ne se passera rien aujourd’hui. Les rues du quartier sont vides, les voitures ont disparu. Décor d’un Paris au temps suspendu, les feuilles se figent sur une toile bleue ou grise en attendant que la vie ou le vent les ravivent. On croit le temps arrêté pourtant il continue de filer, on le perd mais on espère, qu’au jugement venu il nous sera rendu.

Le bruit de fond des week-ends sereins, haut dans le ciel, sourd et lointain. Un grondement des cieux qui plonge et insuffle vie pour mille lieux. Il faut éteindre son ordinateur et ouvrir la fenêtre pour l’entendre. Ce souffle haletant, résonnant au-dessus des amants errants. Amplifié par temps nuageux, une sonorité grave qui ondule pesamment, une plus aiguë, presque un sifflement.

Des moteurs… Un avion.
Il file dans le ciel cloîtré d’une cour d’immeuble, n’ayant que faire des amours brisées, des âmes esseulées, des arbres effeuillés. Quelle lâcheté de voler, quel rêve de s’envoler ! Un départ, une arrivée. Une journée importante et bien plus excitante que celles qui me hantent. J’aimerais être du voyage, je pourrais aller m’asseoir à côté de cet homme, entre le hublot et les colonnes du très parisien Herald Tribune.

‘Un gin tonic, s’il vous plaît.’

De quoi noyer le spleen nostalgique d’une ville hémiplégique. Je me réveille un peu vaseux, un peu décalé, comme d’un somme n’ayant autre but que de semer les heures qui me rebutent. Je m’assoupis à nouveau quand Mr. Herald me tire pour de bon :

‘Sir, we’ve now arrived.’

Un coup d’œil par l’ouverture et je reconnais ses devantures. Scintillant des mille flammes qui la consume dans l’Hudson, elle s’étale par ses artères fières et prospères. Ça grouille, ça pulse, ça klaxonne, ça bouillonne ! Mon cœur est dans un état, cet État se nomme New York !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Quitter Paris ! à JETER L'ENCRE.

Méta