Très Grand Vide

1 novembre 2014 § Poster un commentaire

Comme si chacune de mes expirations manquait de me faire basculer dans le vide. Comme si mon être tout entier risquait d’être happé par cette dépression au fond de moi. Comme si mes tripes allaient d’un coup se détacher pour remonter au travers de mon tractus respiratoire puis s’extirper de mon corps par mes fosses nasales. Un moi déstructuré se mettrait alors à flotter dans un infini sans gravité ni lumière.

Mon TGV s’est arrêté au beau milieu de la nuit. La rame bascule soudainement d’un côté, un autre TGV file à toute allure sur la voie inverse. Le souffle provoqué par son passage est semblable à celui que je m’étais imaginé si le néant m’engloutissait.

J’ai le souffle court, et une forte odeur d’iode au bout de mes doigts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Très Grand Vide à JETER L'ENCRE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :